Introduction à l'apprentissage actif

La naissance de la classe d'apprentissage actif au Cégep de l'Outaouais

Mars 2014.

C'est dans le cadre de certains travaux de réaménagement du campus Gabrielle-Roy que la Direction des technologies de l'information et des ressources éducatives, le Service de recherche et de développement pédagogique (SRDP) et la Direction des études ont officiellement inauguré une toute première classe d'apprentissage actif au pavillon Gabrielle Roy.

Cette salle initialement construite à côté de la bibliothèque et du Service informatique, créait ainsi un carrefour techno-pédagogique, point de rencontre en matière de ressources et de soutien au personnel enseignant. La deuxième classe avec une capacité d'accueil optimale de 42 places et équipée pour la vidéoconférence est ensuite construite au pavillon Félix Leclerc. Elle se trouve au cœur de la nouvelle bibliothèque située au rez-de-chaussée de l'agrandissement du pavillon Félix-Leclerc.

Au fil des ans...

Les installations seront ensuite modernisées et, au fil du temps, des améliorations et de nouvelles salles de classe favorisant l'apprentissage actif seront construites afin de répondre aux besoins du personnel enseignant.

La création de salles de classe dites "low tech" seront alors créées. Ces salles de classe offrent plusieurs possibilités de par son mobilier qui permet plusieurs configurations de classe et par la présence d'outils comme des minis tableaux blancs permettant la tenue d'activités actives.

Les salles de classe

Le Cégep de l'Outaouais est fière d'offrir à la communauté étudiante un environnement interactif qui compte, à ce jour, deux salles de classe d'apprentissage actif "high tech" et deux salles de classe d'apprentissage actif "low tech".

Pavillon Gabrielle Roy

High Tech: À déterminer

Low Tech: 2.001 - 40 places

Pavillon Félix Leclerc

High Tech: Local F-1519 - 42 places

Low tech: Local F-1096 - 40 places

Carousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel image

Définition de l'apprentissage actif

En gros, l'apprentissage actif c'est...

Un concept pédagogique étroitement associé à la notion de socio constructivisme, qui situe l’élève au cœur de son apprentissage.

Dans un environnement qui maximise une utilisation efficace des technologies, on encourage les étudiantes et étudiants à construire leurs propres connaissances par l’analyse, la recherche, le questionnement, la collaboration, l’interaction ou encore par la création.

D’autant de méthodes dites « actives » qui modifient le rôle de l’apprenant, limitant l’écoute et la prise de notes, activités phares de l’enseignement traditionnel, au profit d’un apprentissage basé sur l’action.

Le cadre théorique

L'introduction de l'approche par compétences et de l'approche programme, l'adaptation de la formation générale aux programmes techniques, l'élaboration d'activités d'intégration et d'épreuves synthèses font partie des changements implantés par le renouveau de l'enseignement collégial (1993). Les conceptions de l'apprentissage ont aussi évolué à travers le temps en passant par divers cycles, caractérisés d'abord par une philosophie béhavioriste, puis par une philosophie cognitiviste pour enfin faire place aux théories socio constructivistes.

Le changement majeur observé durant cette évolution a été la modification du rôle habituellement attribué à l'apprenant. Si celui-ci a d'abord été considéré comme un récepteur passif de connaissances pour ensuite être perçu comme un agent principal de son propre apprentissage, l'apprenant est aujourd'hui vu comme le créateur et le processeur de son expérience éducative.

Par ce fait, comme l'élève crée maintenant la signification de ses apprentissages, l'enseignante ou l'enseignant doit s'ajuster dans son nouveau rôle de guide et doit chercher, par un processus de facilitation, à amener l'étudiant vers une intégration des apprentissages. Cette approche est incompatible avec une pédagogie basée uniquement et simplement sur la transmission des connaissances. Les personnes enseignantes du collégial, soucieux de cette réalité, présentent des activités d'apprentissage variées et en rapport avec la réalité technologique et socio-économique d'aujourd'hui. Plus l'enseignante ou l'enseignant maîtrise de stratégies pédagogiques (dont les stratégies dites «actives»), plus il ou elle sera en mesure de réagir efficacement au contexte souvent changeant de son travail.

Cela dit, l'apprentissage actif ne date pas d'hier. Optimiser l'organisation de l'espace de la classe pour favoriser l'apprentissage et obtenir une meilleure participation des étudiantes et étudiants ne l'est pas non plus. Prenons l'exemple d'une classe d'art ou d'un atelier de soudure où la flexibilité du mobilier et des installations à la fine pointe de la technologie sont jugées essentielles à la formation des élèves et ne sauraient être remise en question. L'intégration des TIC, en revitalisant une possibilité infinie d'activités d'apprentissage et d'enseignement, rend l'approche novatrice peu importe le programme d'études.